Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le social-chauvinisme d'Alexis Corbière est une négation des crimes coloniaux.

Publié le par UC-Lyon

Reçu sur RTL, le 17 février 2017, le lieutenant de M. Mélenchon, Alexis Corbière s'en est violemment pris aux propos d'Emmanuel Macron sur la colonisation. Interviewé, il a d'abord ciblé le "coup de com" d'un candidat en déplacement en Algérie, puis s'en est pris à sa piteuse rétractation :  "la colonisation fait partie de l'histoire française. C'est un crime, c'est un crime contre l'humanité, c'est une vraie barbarie et ça fait partie de ce passé que nous devons regarder en face en présentant aussi nos excuses à l'égard de celles et ceux envers lesquels nous avons commis ces gestes (...) La France a installé les droits de l'homme en Algérie. Simplement, elle a oublié de les lire."

Résultats de recherche d'images pour « alexis corbière rmc colonisation »

Nous avons déjà commenté ces propos et nous avions effleuré la réponse de la France Insoumise.

Si Alexis Corbière a raison de souligner l'absence de constance de M. Macron, ses propos sont gravissimes.

Gravissimes et révélateurs.

Cette déclaration rejette sa clique dans les bras des agents de l'impérialisme français, de cette insupportable conglomérat cocardier et chauvin. Elle rejette définitivement ceux qui la soutiennent dans les rangs des partisans de l'histoire positive, du Lavisse, du Roman National.

Qu'a-t-elle de si répugnante ?

Sur les propos de Macron, le porte parole de Mélenchon a appliqué la méthode centriste traditionnelle : pour ménager deux positions antagoniques, l'organisation a jugé sur la forme sans jamais parler du fond. Corbière connaît son métier, il n'est pas issu des rangs trotskistes pour rien.

La déclaration aurait, pourtant, pu être intéressante: "Je suis historien, je suis contre la colonisation évidemment. " Mais la suite s'est enfoncée dans les ténèbres.

"Quand on est chef d'État, il faut être un peu vertébré, notamment sur des sujets sensibles (...) Le crime contre l'humanité n'est pas un concept qui se manipule comme ça. Sur la question de la colonisation, donnons la parole avant tout aux historiens."  Or, c'est ici que réside toute la fausseté.

Les historiens ont déjà expliqué la colonisation, la guerre d'Algérie, d'Indochine, leurs millions de morts. Bien des chercheurs ont noirci des pages pour expliquer les sociétés coloniales. Ce sujet fût même une des question proposée, pendant un temps, au CAPES d'Histoire-Géographie. Non, monsieur "l'historien" Corbière, vos confrères n'ont pas chômé.

Ils ont fait leur travail, c'est à dire donner les matériaux nécessaire pour porter un jugement. Un bon historien est avant tout un bon scientifique : il étudie les faits, il tente de leur donner une explication sensée et cohérente. Il n'est pas, en revanche, d'un point de vue primordial, un juge ou un militant.

Les génocides commis par les Allemands n'ont pas été traité, en amont, par les historiens. Ils ont été jugés. C'est un procès qui a déterminé la qualification de crime contre l'humanité. C'est par cela qu'il a pu être dit que le régime nazi était coupable, et quels auteurs étaient responsables.

 Alexis Corbière aurait pu, sans grand risque, dire qu'un Nuremberg du colonialisme mériterait d'être tenu, pour juger de cela. Mais cela est déjà trop pour une organisation opportuniste.

C'est également un acte militant de dire que des faits ont vocation à constituer un crime contre l'humanité. C'est un acte militant de considérés qu'ils ont vocation à être nommés "crime contre l'humanité." C'est ce que, en tant qu'organisation politique, nous déclarons. Nous voulons ce Nuremberg du colonialisme.

En agissant de la sorte, Alexis Corbière, bien que se vantant d'être un historien de formation - donc pourquoi ne prend-il pas la parole ?- réussit un triple saut périlleux au dessus du gouffre, sans chuter. Il a réussi à ne rien dire.

Dire " je suis contre la colonisation évidemment" tout en ne le qualifiant pas politiquement revient à dire "je suis contre le SIDA, contre la peste, contre la mort."

Nous trouvons cela honteux.

Nous trouvons que c'est un signal clair, sur le fait que les sbires de Mélenchon sont incapables, aveuglés par leur chauvinisme, de regarder les crimes de l'Etat français en face.

C'est un signal envoyé à tout ceux et toutes celles, qui, dans les ténèbres de l'oppression, luttent pour l'indépendance, pour être libre. C'est un signe que M. Mélenchon n'est pas prêt à renoncer, le moins du monde, à tout ce qui constitue la sphère coloniale et néocoloniale.

Ce n'est d'ailleurs pas étonnant. Un de ces thèmes de campagne, l'économie de la mer, dépend en grande partie de l'immense Zone Economique Exclusive détenue par l'Etat Français. Zone dépendant beaucoup des "Confettis d'Empire", que l'impérialisme français tient d'une main de fer.

Ne pas lutter contre l'impérialisme français, c'est être son garde flanc.

C'est le créneau sur lequel se place M. Mélenchon, celui d'une petite bourgeoisie, d'une aristocratie ouvrière corrompue par l'impérialisme.

C'est le camp d'une réaction à visage social.

Ce camp est l'ennemi de la lutte révolutionnaire internationale. 

Les communistes ne doivent pas céder aux sirènes du chauvinisme, fut-il maquillé de social. Notre rôle de militants n'est pas limité étroitement à un espace national, il est international, il est dirigé vers nos frères et sœurs de lutte. Nous sommes des maillons de la chaîne révolutionnaire. Notre première tâche est d'affaiblir, d'attaquer notre propre impérialisme, pour soulager la pression qu'il exerce.

Ne pas reconnaître le caractère impérialiste de notre Etat ; ne pas reconnaître l'importance de lutter contre lui ; ne pas soutenir les luttes des régions dominées par lui ; ce n'est nullement être un agent du progrès et la lutte social. Au contraire, cela fait de nous des agents de la réaction et des laquais de notre impérialisme. Si nous accompagnons, si nous soutenons ses projets, nous nous faisons ces alliés.

Notre delenda carthago doit être la destruction de notre propre impérialisme !

A bas l'impérialisme français ! Défaite  pours ses tentacules !

Commenter cet article